La France: Un Paradis pour les touristes?

La France est la destination touristique la plus populaire au monde depuis de nombreuses années. Un nombre record de touristes, 86,3 millions pour être exact, ont visité l’Hexagone en 2015 – presque 10 millions de plus que les États-Unis, qui prennent la seconde place.

La majorité des touristes viennent des pays européens voisins, le plus généralement d’Allemagne, de Grande-Bretagne et de Belgique. Une question est souvent revenue au cours des derniers mois : quelle influence aura le Brexit sur cette tendance ?

2-4

 

Le graphique ci-dessous montre quelles régions sont les préférées des touristes.

(fr) region

En se basant sur ces données, on peut affirmer sans se tromper que les Européens aiment visiter la France. Mais ce qui nous intéresse le plus aujourd’hui est de découvrir ce que les Français pensent des autres pays européens, et de tous ces touristes qui déferlent sur le pays chaque année.

Nous avons mené une enquête dans toute la France, et avons reçu plus de 22000 réponses sur un éventail de sujets comme la culture, le savoir-vivre et les habitudes de voyage.

Vous trouverez en bas de l’article un lien vers les données de l’enquête sur lesquelles nous nous sommes basées.

Jetons maintenant un coup d’œil aux points clés.

 

De quel pays sont originaires les personnes les moins polies lors de leur séjour en France ?
De quel pays sont originaires les personnes les moins polies lors de leur séjour en France ?

Presque la moitié des personnes interrogées ont voté pour la Russie. Avec 44,8% des voix, c’est une statistique significative.

Y aurait-il peut-être un lien avec les récents incidents causés par les hooligans russes pendant l’Euro ?

Il semble que la tension entre les deux pays existe en réalité depuis un certain temps. Un sondage international réalisé par la BBC en 2013 montre que sur tous les pays interrogés, la France est celui dont l’opinion sur la Russie était la plus négative – 63% des sondés ont affirmé que la Russie avait une influence négative sur le reste du monde. 61% des sondés allemands étaient du même avis, ainsi que 59% des Américains.

Notre deuxième statistique fait la lumière sur cette négativité.

 

Lors de leur séjour en France, d'où sont originaires les touristes qui sont les moins susceptibles d'essayer de parler français ?
Lors de leur séjour en France, d’où sont originaires les touristes qui sont les moins susceptibles d’essayer de parler français ?

 

34% des Français pensent que les touristes russes sont ceux qui font le moins d’effort pour essayer de parler français.

Un sondage externe, mené par Zoover auprès de 12000 touristes venus de 20 pays européens différents, confirme cette opinion. 42% des sondés (une proportion énorme) ont déclaré que les Russes étaient les pires touristes, et ont utilisé des adjectifs comme agaçants, bruyants, malpolis et antisociaux pour les décrire. Il serait peut-être bon de préciser à ce stade que les Français figuraient en bas de la liste, en 8ème position, après les Britanniques et les Allemands. 8èmes dans la liste des touristes les plus énervants d’Europe – pas trop mal comme résultat !

Passons au point suivant.

 

Quel pays a les plus mauvais goûts en matière de nourriture ?
Quel pays a les plus mauvais goûts en matière de nourriture ?

Quelle surprise !

Avec leur viande trop cuite, leur fish and chips ramolli et leurs haricots à la sauce tomate, les Rosbifs arrivent facilement en tête du palmarès. Ce résultat constitue même la victoire (ou la défaite !) la plus décisive de tout notre sondage – un impressionnant 59,1% des sondés pensent en effet que les Britanniques ont les pires goûts en matière de nourriture.

Selon six sondés sur dix, ce sont les Britanniques qui ont les pires goûts en matière de nourriture.

Beaucoup affirment que la cuisine anglaise s’est améliorée récemment, et que l’on devrait la traiter avec respect. De nombreuses émissions télé ont été filmées et de nombreux articles ont été écrits sur ce sujet, en français comme en anglais.

Si on analyse les votes selon différentes tranches d’âge, on peut en déduire que la cuisine britannique est peut-être de plus en plus appréciée avec le temps. 49,4 % des plus jeunes sondés (18-24 ans) ont voté pour les Britanniques. Bien que nettement en dessous de la moyenne, ce résultat est tout de même écrasant.

Malgré le stéréotype très répandu selon lequel ils ne mangent que des pâtes et des pizzas, les Italiens séduisent manifestement le public français avec leur cuisine : ils n’ont reçu que 1,7% des voix pour la question sur la pire cuisine. Ils sont suivis de près par nos voisins belges – qui n’aiment pas une bonne assiette de moules-frites ?

Et ce n’est pas la seule fois que nos voisins britanniques ont souffert dans ce sondage.

 

Et ce n’est pas la seule fois que nos voisins britanniques ont souffert dans ce sondage.
Et ce n’est pas la seule fois que nos voisins britanniques ont souffert dans ce sondage.

 

Bien que nos voisins britanniques semblent capables de faire face aux critiques culinaires (ils s’y sont habitués au fil des ans), cette statistique leur fera sans doute plus de peine.

Seuls 2,7% des sondés ont choisi les Britanniques comme étant les plus beaux. Un résultat complètement éclipsé par les votes pour l’Italie – 35,9% !

Les Français ont choisi les Italiens comme étant les plus beaux européens, avec 36% des voix.

À vrai dire, les Italiens arrivent en tête de plusieurs questions particulièrement flatteuses. Il est clair que la botte méditerranéenne est respectée et admirée.

Nous avons par exemple demandé :

 

Si vous deviez échanger l’histoire et la culture avec un pays, quel serait-il ?

(fr) histroy

 

Et aussi:

 

Quel pays a le plus de style / s’habille le mieux ?

(fr)style

L’Italie est également considérée comme le pays le plus élégant, avec 58,8% des suffrages.

Cette réponse est l’une des plus catégoriques du sondage, après celle sur la nourriture, et avec des capitales culturelles comme Milan, Rome et Florence, qui pourrait contester ce résultat ?

Les Italiens s’en sortent bien jusqu’à maintenant, et ils se féliciteront sans aucun doute encore plus après la question suivante :

(Si vous n’étiez pas marié), de quel pays aimeriez-vous que votre mari / femme soit originaire ?

(fr) marriage

Ils ont donc apparemment la beauté, la nourriture, la culture et le style !  Mais les Italiens ne s’en tirent pourtant pas si bien jusqu’à la fin.

(fr) drivers

Ce stéréotype semble s’étendre dans toute l’Europe, et même au-delà de ses frontières.

Prenez le Royaume-Uni par exemple: un sondage mené en 2015 par la société de dépannage GreenFlag montre que 37% des Britanniques ont désigné les Italiens comme étant les pires chauffeurs d’Europe. Le même sondage indique que les Britanniques  pensent que les Italiens les plus enclins à enfreindre le code de la route, et ont les règles les plus étranges dans leur propre pays.

Zoover, que nous avons déjà mentionné, a recueilli les opinions de conducteurs dans toute l’Europe, et ce sont encore une fois les Italiens qui s’en sont de loin les plus mal sortis, avec 25% des voix.

Notre propre sondage était encore plus impitoyable – 29,1% des sondés ont déclaré que les Italiens étaient les plus mauvais conducteurs.

Les Néerlandais sont sortis gagnants de tous les pays – seuls 5,3% des sondés les ont décrit comme étant les pires conducteurs. les Italiens sont considérés comme étant les plus mauvais conducteurs, avec 29,1% des voix. Les Russes se classent au deuxième rang du palmarès des pires conducteurs avec 21,6% des voix, tandis que les Britanniques arrivent en troisième position avec 18,2% des voix.

Mais ces opinions reflètent-elles les véritables chiffres ?

Il s’avère que le stéréotype européen est incorrect. Vous trouverez ci-dessous le nombre réel de tués sur les routes (par million d’habitants) en 2015. Ces chiffres nous ont été donnés par la Commission Européenne.

(fr) road deaths

De toutes les nationalités, ce sont les Néerlandais qui méritent la palme des meilleurs conducteurs. Ils ont le plus petit nombre de tués sur les routes par an, mais également la population la plus dense de tous les pays de la liste.

Un des points les plus intéressants est le fait que selon les Français, ce sont les Belges qui sont les seconds meilleurs conducteurs, alors qu’en réalité, ce sont eux qui ont eu le plus d’accidents.

Finissons sur une note plus positive…

Notre dernière question était :

 

Selon vous, de quel pays sont originaires les personnes qui apprécient et aiment le plus la culture française ?

(fr) appreciation

Les Britanniques sont les plus grands Francophiles.

Malgré notre opinion sur leur nourriture et leur apparence physique, il semblerait nous continuions de penser que les Britanniques sont les plus grands fans de la culture française.

Le récent Brexit a soulevé beaucoup d’inquiétudes quant à son effet sur le tourisme. Brexit ralentira probablement le tourisme, et avec 11,8 millions de visiteurs britanniques traversant la Manche chaque année, cela pourrait être un coup dur pour la France. Nous devrions peut-être montrer un peu plus d’affection à nos voisins britanniques ?

Étant donné notre admiration manifeste pour l’Italie, nous aurions sûrement apprécié un peu plus de reconnaissance en retour. Mais comme les italiens romantiques se feront un plaisir de vous le dire, l’amour le plus fort est parfois l’amour non partagé.

 

Enquête de juillet 2016
Pour les statistiques: creative@ma
ke-it-rain.co.uk

Les secrets de la France

Pays le plus visité au monde, la France est également l’un des plus variés, avec des paysages allant de collines vallonnées, de plages de sable blanc et de prairies arides aux places pavées des nombreux villages et villes historiques. Sans oublier bien sûr la majesté tranquille de la plus haute chaîne de montagnes d’Europe, les Alpes.

Il y a bien trop à voir et à faire pour pouvoir tout documenter efficacement, donc nous avons demandé de l’aide aux vrais experts : les francophiles, et les journalistes de tourisme qui vivent en France, sur le terrain.

Dans notre nouveau projet, les Secrets de la France, nos experts vous font découvrir quelques uns des endroits cachés les plus magiques de l’Hexagone. Cliquez sur le livre ci-dessous pour commencer.

frenchimage1

Guide culturel d’Ibiza

Ibiza compte seulement 130000 habitants, un chiffre minime comparé aux six millions de touristes qui visitent l’île chaque année. Il y a tant à voir sur ce territoire espagnol que le nombre de visiteurs n’a rien d’étonnant. Bien plus qu’un regroupement de boîtes de nuit, Ibiza bénéficie aussi d’une culture très riche. Louez une voiture à Ibiza pour découvrir le passé et plonger dans le présent de l’île.

Ibiza attire les étrangers depuis très longtemps; les leaders du monde entier y ont envoyé leurs armées pendant des centaines d’années. L’île a été envahie par les Phéniciens, les Grecs et les Carthaginois-Romains. Les rois norvégiens et les Catalans font aussi partie de la longue liste de conquérants. Les Maures musulmans ont tout particulièrement laissé leur empreinte sur l’île en influençant son architecture.

f2

Visitez le Punis Necropolis pour en apprendre un peu plus sur l’histoire ancienne de l’île. Situé sur un flanc de colline au cœur de la vieille ville d’Ibiza, ce vieux cimetière datant de 600 avant JC contient plus de 3000 tombes. Jetez un coup d’œil dans les grottes funéraires (des hypogées) creusées dans la terre. Le musée du cimetière expose fièrement des artéfacts trouvés sur le site, comme des amulettes et des statuettes en terre cuite.

Les tours de pirates qui parsèment l’île témoignent de la richesse de l’histoire d’Ibiza. Il y a de nombreuses années, les pirates maraudeurs posaient de gros problèmes pour l’île. À l’origine, il était possible de se voir et de communiquer entre les tours.

Quand un gardien repérait un navire de pirate, il allumait un feu dans sa tour. Les flammes attiraient l’attention du gardien de la tour suivante, qui allumait lui-aussi un feu, et ainsi de suite. Les feux se propageaient d’une tour à l’autre pour créer une chaîne et prévenir l’île tout entière de l’approche des pirates.

f1

Quand les habitants d’Ibiza apprenaient l’arrivée des pirates, ils allaient se cacher dans les églises, loin de l’inévitable destruction. Ces églises servaient aussi de refuges, et beaucoup avaient des murs renforcés. Elles protégeaient les habitants de l’île non seulement des pirates, mais aussi des attaques berbères et turques.

Le rôle défensif des églises apparaît clairement dans la façon dont elles étaient conçues. Datant du 14ème siècle, l’église de Sant Antoni, la plus vieille de l’île avec des murs fortifiés, ne sort pas de l’ordinaire : les visiteurs trouveront une église blanche dans toutes les villes et dans tous les villages de l’île. Le style éclectique de ces églises, toutes différentes les unes des autres, reflète la période d’innovation pendant laquelle elles ont été bâties. La cathédrale d’Ibiza, avec son emblématique tour horloge, est aujourd’hui l’église la plus emblématique de l’île.

Les tours de pirates ne sont pas les seuls vestiges du passé de la campagne d’Ibiza: l’île compte aussi de nombreux moulins à vent, qui puisaient jadis leur eau dans les profondeurs de la terre brûlée par le soleil. Bien que beaucoup d’entre elles soient désormais en ruines, ces sculptures géométriques émergeant du sable gardent tout de même un certain charme.

Ibiza

Ibiza n’est pas renommé pour sa scène artistique, qui s’est pourtant développée pendant les années 50 avec l’arrivée d’artistes et d’une culture alternative. Plus récemment, Ibiza a essayé de reconquérir son sens artistique avec l’ouverture de nombreuses galeries. La Galeria Blanca, ouverte en mars 2015, est axée sur les œuvres contemporaines, que ce soit de l’abstrait, des paysages ou de l’art figuratif. La galerie expose le travail de John Swannell, célèbre photographe et ancien assistant du légendaire David Bailey.

P Art est à la fois une galerie d’art, un magasin et un espace créatif. C’est là que les artistes, les photographes et les créateurs de mode de l’île unissent leurs forces pour collaborer et exposer leur travail. Vous y trouverez des œuvres à la fois internationales et locales. La B12 Gallery est un autre centre créatif situé à deux minutes du port d’Ibiza. Son intérieur glamour accueille de nombreux évènements, y compris des expositions et des défilés de mode.

L’Eivissa Contemporary Art Museum est l’une des galeries les plus établies de l’île. Elle fut ouverte en 1969 dans un bâtiment qui rend hommage à l’architecture de la vieille ville. Petit mais superbe, le musée propose une collection permanente ainsi que des expositions temporaires.

Changez vos idées reçues sur Ibiza. Oubliez la plage et découvrez une île riche en art et en histoire.

Réservez à Ibiza aujourd’hui

Guide culturel de Fuerteventura

Les Canaries sont plus près de l’Afrique du Nord que de l’Europe, et Fuerteventura, la plus proche et la deuxième plus grande île après Ténérife, se situe à seulement 100 kilomètres de la côte marocaine.

 

Beaucoup considèrent Fuerteventura comme une destination idéale pour passer quelques jours sur une plage ensoleillée, mais en plus des célèbres attractions naturelles, le riche passé de l’île a laissé un large patrimoine culturel à découvrir.

 

Cet article vous donnera un aperçu de l’histoire de Fuerteventura, et vous fera découvrir des points forts culturels, allant de l’art à l’archéologie, qui ne manqueront pas d’apporter diversité et panache à votre séjour sur cette île au paysage désertique.

f2

Histoire

 

Bien avant l’arrivée des premiers colons, les îles Canaries étaient peuplées de tribus païennes, sans doute originaires d’Afrique du Nord. Ces peuples sont à ce jour appelés les Maho, un nom tiré de leurs chaussures en peau de chèvre.

 

Arrivés sur l’île voisine de Lanzarote en 1402, les conquérants Jean de Béthencourt et Gadifer de la Salle envahirent Fuerteventura en 1405, avant d’établir une capitale à Betancuria, dans les collines du sud-ouest de l’île. Au cours des siècles suivants, l’île fut victime de nombreuses invasions de pirates, ce qui suscita la construction de châteaux dans l’espoir de repousser les agresseurs, et força la majorité de la population à se retirer vers l’intérieur des terres, loin de la côte exposée et vulnérable.

 

La monarchie espagnole finit par céder le contrôle de l’île en 1708 aux chefs de la milice locale, connus sous le nom de Coroneles (colonels), dans le but de contrer les pillards étrangers. Il s’en suivit plus d’un siècle de régime féodal, et la création de communes du sud à La Oliva et à Pájara.

 

Après avoir obtenu son indépendance de l’Espagne en 1912, l’île a vu son industrie touristique s’épanouir dans les années 60 ; La population est passée de 11000 habitants en 1911, à un peu plus de 103000 en 2009. Étant donné sa dépendance au tourisme, beaucoup ont craint que Fuerteventura ne traverse une période difficile pendant la récession mondiale de 2008 (les Canaries ont accueillis 13 millions de visiteurs en 2014), mais la baisse du nombre de touristes a eu un effet positif sur la préservation des joyaux écologiques de l’île, et a permis d’éviter qu’elle ne soit détruite par la sur-commercialisation. L’avenir semble prometteur pour les défenseurs de l’environnement : l’UNESCO a récemment reconnu la beauté naturelle de l’île en lui décernant en 2009 le statut de Réserve de Biosphère, et le gouvernement a dévoilé d’ambitieux projets pour transformer la totalité de la côte est en parc naturel.

 

Points forts culturels

 

Nichées au cœur du pittoresque paysage de l’île, vous trouverez quelque unes des plus vieilles églises et structures de l’archipel des canaries, ainsi que de fascinants petits musées remplis de reliques anciennes, d’art et de produits locaux.

f3

Betancuria

 

Betancuria se trouve à un peu moins de quarante minutes de route de l’aéroport. Petite ville isolée mais pleine de caractère, cette ancienne capitale révèle un passé tumultueux. Bien que construite à l’intérieure des terres à l’abri des envahisseurs, la ville fut tout de même pillée par le pirate Jaban en 1593, entraînant la reconstruction en 1691 de son église principale, l’Iglesia de Santa Maria. Suite à la croissance du commerce sur la côte est, Betancuria a perdu son statut de capitale en 1834.

 

De nos jours, cette église très photogénique attire beaucoup de visiteurs, et héberge un restaurant, des ateliers organisés par des artistes locaux, et un musée d’art et d’archéologie. Vivement recommandé si vous voulez en apprendre plus sur l’histoire de l’île.

 

Nuestra Senora de la Regla

 

Située dans le petit village de Pajara, sur la péninsule de Jandia, cette église unique se distingue par son entrée aux influences manifestement aztèques. Les riches décorations de cet édifice en pierre sont impressionnantes. À dix minutes en voiture au nord de Pajara, vous trouverez la tout aussi jolie ville de Tuineje, qui fut autrefois le site d’une bataille entre des fermiers locaux et des pirates anglais. Le superbe phare de la ville mérite aussi d’être visité.

 

Un excellent moyen de visiter l’église est de prendre part au Grand Tour de Fuerteventura, une excursion d’une journée qui inclut la visite de plusieurs importants sites historiques de l’île.

 

Le parc à sculptures de Puerto del Rosario

 

Avec l’arrivée de plus en plus de visiteurs à Fuerteventura, la capitale et le port principal de l’île, Puerto del Rosario, a voulu renforcer son prestige culturel en installant 50 sculptures dans les rues de la ville. C’est un vrai plaisir de se balader et de découvrir ces surprenantes sculptures, qui donnent un charme fou à la promenade maritime fraîchement rénovée.

Puerto del Rosario est également équipé d’un auditorium de 570 places, qui accueille des bals et des concerts, ainsi que d’un musée de la culture qui propose des expositions d’art et de photographie.

Réservez à Fuerteventura aujourd’hui

Guide culturel de Rome

C’est le film de Federico Fellini, “La Dolce Vita”, qui a confirmé ce que nous savions déjà : Rome est une icône culturelle ; la ville en elle-même est une œuvre d’art. Le moment où l’actrice Anita Ekberg traverse la fontaine de Trevi dans sa fameuse robe noire fut une apogée cinématographique rare : le décor était aussi magnifique que l’histoire. Rome était aussi belle que l’éblouissante Ekberg.

Rome n’était pas que le cadre de “La Dolce Vita”, la ville était également la demeure de Fellini. Quelqu’un a un jour demandé au réalisateur si la culture de Rome était morte. Sa réponse ? « Rome n’a pas besoin de créer de la culture. Rome EST la culture. Préhistorique, classique, étrusque, renaissance, baroque, moderne. Chaque recoin de la ville est un chapitre de l’histoire universelle imaginaire de la culture. »

rome1

Rome a toujours été une ville cinématographique. Ses rues ont été à l’arrière-plan d’un nombre incalculable de films cultes, y compris “Vacances Romaines” de William Wyler en 1953, “L’Éclipse” de Michelangelo Antonioni en 1962, “Le Talentueux Mr Ripley” d’Anthony Minghella en 1999, et “La Grande Bellezza” de Paolo Sorrentino en 2013.

Les films ne sont pas les seules œuvres d’art à venir de Rome. Comme l’a dit Fellini, Rome EST la culture. L’art se répand dans d’innombrables galeries, les rues pavées sont bordées d’architecture à couper le souffle, et les vestiges de la Rome antique recouvrent la ville. On dit que le meilleur musée de Rome est la ville elle-même. Explorez la fantastique culture de Rome en louant une voiture avec easyCar.

La peinture et la sculpture prennent le devant de la scène à Rome. Chaque recoin de la ville déborde d’art, du plafond de la chapelle Sixtine, peint par Michel-Ange, à la sculpture étrusque de Remus et Romulus exposée dans les musées de Capitole.

rome2

Tout comme Michel-Ange, Bernini, l’un des plus grands sculpteurs de l’histoire, a également laissé sa marque sur Rome. Ses sculptures sont partout : sur la Piazza Navona, dans la basilique Saint-Pierre et sur la Piazza di Spagna. Les chefs-d’œuvre de Caravaggio sont aussi disséminés dans la ville – trouvez-les dans les églises comme San Luigi dei Francesi, Santa Maria del Popolo et Sant’Agostino. Ils sont également dans des galeries, comme la Galleria Nazionale d’Art Antica, et l’incroyable Galleria Borghese.

Bien que la Galleria Borghese possède l’une des plus grandes collections d’art du monde, y compris les œuvres de Caravaggio et de Bernini, ce n’est pas la seule galerie de première classe de Rome : les musées du Capitole sont les plus anciens musées publics du monde, et exposent le travail de Rubens, Titian, et encore une fois Bernini. Au-delà des musées, les amateurs d’art pourront découvrir des sculptures classiques dans le Palazzo Altemps, ou s’émerveiller devant les plafonds dorés de la basilique de Santa Maria in Trastevere.

rome3

Mais comme tous les grands artistes, Rome a dû s’adapter aux temps modernes. Malgré son excellent patrimoine artistique, la ville est en constante évolution. De plus en plus d’art contemporain apparaît dans la ville. MACRO est une galerie d’art contemporain répartie sur deux sites : une vieille usine de bière Peroni et un ancien abattoir. MAXXI est un autre musée national établi pour promouvoir la créativité contemporaine italienne dans les milieux de l’art et de l’architecture. Le quartier branché de Monti accueille des galeries d’avant-garde plus petites.

La Galleria Lorcan O’Neill Roma est l’une des meilleures galeries privées de Rome ; vous y trouverez le travail d’artistes de renommée mondiale comme Tracey Emin ou Martin Creed, ainsi que de nouveaux venus londoniens comme Eddie Peake. Cette galerie fondée par un marchand d’art londonien préfère les pièces internationales aux œuvres romaines. Les galeries Monitor, Furini et Frutta ont toutes pour but de mieux faire connaître une nouvelle génération d’artistes italiens. La galerie Ermanno Tedeschi sort quant à elle de l’ordinaire: elle vise à créer un pont entre les scènes artistiques italienne et israélienne.

rome4

L’amour de l’art se transmet de génération en génération à Rome, tout en continuant à évoluer. L’art de rue est aujourd’hui en plein essor dans la ville ; des peintures d’artistes italiens et internationaux sont apparues sur les murs de toute la ville. Cette forme d’art a été utilisée pour transformer les stations de métro de Rome ; l’Urban Breath Project a affecté cinq artistes de rue à une station de métro chacun, dans le but d’injecter un peu de créativité dans la ville. Le samedi, visitez le MAAM, une vieille usine de charcuterie, pour voir comment cet ancien site industriel a été transformé en galerie d’art urbain.

Vous trouverez le travail d’excellents artistes de rue dans le quartier de San Lorenzo, comme par exemple Alice Pasquini, C125 et Borondo. Continuez à explorer cet art de rue à Ostiense, un quartier du sud de Rome de plus en plus branché, dont les murs ont été peints par ROA, Sten&Lex and Lucamaleonte.

Guide culturel de Malte

« Qu’a-t-elle de plus que les autres îles méditerranéennes? », soupire le touriste, désabusé par ces destinations touristiques dont les noms commencent tous à se ressembler. Il a déjà fait des recherches sur Minorque, Majorque, Milos, Montecristo… la liste est interminable. « Oui je sais, vous allez me parler du ciel sans nuages, des eaux cristallines et des plages de sable fin », râle-t-il en levant les yeux au ciel.

Et c’est vrai qu’à première vue, Malte semble être une île comme les autres. Elle a définitivement un paysage de carte postale, mais cette île est différente. Pour commencer, Malte n’appartient à personne, chose rare dans la région méditerranéenne. Située à 80 km de la Sicile, elle ne fait partie ni de l’Italie, ni de l’Espagne, et ni de la Tunisie. L’île a préservé son indépendance et s’est créée sa propre identité, une belle pagaille fusionnant le meilleur des cultures voisines.

La nourriture ressemble à celle de l’Italie. La religion évoque l’Espagne. La langue maltaise emprunte des mots à l’italien, à l’arabe et à l’anglais. Nombreux sont les lieux qui portent deux noms dans deux langues différentes. C’est cette variété qui fait le charme de l’île. Louez une voiture sur Malte pour profiter au mieux de toutes les nuances de cette richesse culturelle.

malta1

L’éclectique culture de Malte témoigne de l’histoire de l’île, dont le sol a été foulé par de nombreux groupes : les Phéniciens, les Grecs, les Carthaginois, les Romains, les Byzantins et les Arabes. Regorgeant de sites touristiques, la capitale la Valette a été nommée par l’UNESCO comme ville ayant l’une des plus grandes concentrations de monuments historiques au monde.

La ville de la Valette est entourée de cinq portes d’entrée. La cinquième porte, Bieb il-Belt, est sans doute la plus connue. Construite entre 2011 et 2014, elle a été conçue par le célèbre architecte italien Renzo Piano, qui a également créé la Tour the Shard à Londres. À mi-chemin entre pont et place publique, cette porte offre une bonne vue sur les fortifications voisines à l’entrée de la ville.

Véritable dédale de rues pavées, la Valette et ses bâtiments jaune pâle propose une abondance de monuments religieux, militaires, civils et artistiques. Découvrez des bâtiments datant du 16ème siècle, comme le Palais des Grands Maîtres, ou admirez le travail d’architectes du 18ème siècle dans l’Église Collégiale du Naufrage du St Paul.

Dans la même harmonie de couleur, le Fort Saint-Elme domine la mer de toute sa hauteur. Portant le nom du saint patron des marins, cette forteresse fut construite pour protéger les ports de la péninsule. Elle héberge désormais le Musée National de la Guerre. Baissez les yeux en vous promenant pour découvrir une autre facette du bâtiment, des greniers souterrains situés sous la cour extérieure.

malta2

Le sud de l’île abrite les temples de Mnajdra et de Hagar Qim. Construits plus de mille ans avant les pyramides d’Égypte, ces monuments sont les plus vieilles structures autoporteuses de la région méditerranéenne. Le site de Mnajdra révèle un réseau de chambres ovales connectées les unes aux autres. Selon la rumeur, Hagar Qim a une signification solaire : durant le lever du soleil du solstice d’hiver, la lumière brille directement sur l’autel situé à droite de la porte intérieure.

Les férus d’histoire auront le soufflé coupé par Hal Saflieni Hypogeum, la nécropole souterraine de Malte. Certains pensent que le site date de 3600 ans avant JC, et environ 7000 corps ont été enterrés dans les couloirs et les chambres silencieuses de ce repaire caché. Réservez vos tickets bien à l’avance : la quantité de dioxyde de carbone expirée par les touristes ayant gravement endommagé le calcaire, le site a été rénové et le nombre de visiteurs est désormais strictement limité.

malta3

Malte est un pays résolument catholique. Mis à part la cité du Vatican, Malte fut le dernier pays européen à introduire le divorce en 2011. La religion ne fait pas seulement partie de la culture de Malte, elle est aussi bien présente dans son paysage : l’archipel est parsemé d’églises. Avec son intérieur presque entièrement en or, la co-cathédrale St jean de la Valette témoigne des goûts de luxe de l’église catholique. Il y a aussi des sols en marbre, des colonnes dorées et des voûtes peintes.

La basilique de Ta’ Pinu est une autre église dont la beauté est à couper le souffle. Située au cœur de la magnifique campagne maltaise, elle s’élève dans la vallée de Gozo et domine la mer. La rotonde de Sainte-Marie-de-l’Assomption, une autre église catholique romaine, abrite le troisième plus grand dôme autoportant de son genre. En 1942, le plafond du dôme fut percé par une bombe allemande qui tomba au milieu des fidèles. Comme par miracle, la bombe n’explosa pas et il n’y eut aucun blessé, donnant à l’église son statut légendaire.

malta4

Pour une soirée pleine de culture dans la douceur nocturne, asseyez-vous sur les marches éclairées à la bougie du bar Bridge de la Valette. Les touristes et les habitants de l’île s’y réunissent le vendredi soir pour écouter des concerts de jazz en direct.

A cultural guide to Jersey

Guide culturel de Jersey

La plus grande des cinq principales îles Anglo-Normandes, Jersey bénéficie d’une culture très riche, née d’une intéressante fusion d’influences françaises et britanniques. L’île offre une abondance de musées, de galeries et de divertissements pour un week-end riche en activités.

Si vous venez en avion, louez une voiture sur Jersey avec easyCar pour explorer en toute liberté ses incontournables sites culturels. Nous commencerons par vous donner un aperçu historique de l’île, avant de suggérer l’itinéraire idéal pour la découvrir.

Bref historique de Jersey

On pense que l’arrivée des premiers humains sur Jersey remonte à 250000 ans, quand des chasseurs nomades ont débarqué à la recherche de mammouths ; chose difficile à imaginer aujourd’hui quand on considère le charme de la campagne et la douceur des mammifères qui vivent désormais sur l’île. Des traces de vie primitive sont encore visibles dans des sites comme le musée de La Hougue Bie, qui accueille une tombe à couloir finement préservée et des objets archéologiques dépeignant la civilisation locale en 6000 avant JC.

A cultural guide to Jersey

Suite à ces premières colonies, Jersey a échappé au radar international pendant plusieurs siècles, avant de développer des liens étroits avec la France sous l’empire normand, entre les 10ème et 13ème siècles. Cette influence française a eu un effet durable sur les lois et les noms de lieux de l’île tels qu’ils sont aujourd’hui. Vous pourrez en apprendre plus sur l’histoire de l’île grâce à l’excellente exposition historique du Jersey Museum & Art Gallery Merchant’s House.

Plus récemment, suite à la victoire britannique durant les guerres napoléoniennes, les coutumes anglaises ont commencé à remplacer les traditions françaises. Ce changement linguistique a été provoqué par les ouvriers et les soldats installés sur l’île, qui prospérait comme centre de construction navale.

La prochaine importante phase de transition est survenue pendant la période sombre que fut l’occupation allemande entre 1940 et 1945. Le très mémorable musée de Jersey War Tunnels est incontournable si vous voulez en apprendre plus sur cette époque traumatisante, et il est également possible de visiter des bunkers et des fortifications.

Après-guerre, l’île de Jersey s’est établie comme centre de finance offshore, et est devenue l’un des paradis fiscaux les plus prospères du monde, avec un impressionnant 13 milliards de livres amassés par kilomètre carré. Les amateurs de diamants ne seront pas déçus par les éblouissantes boutiques de St Hélier, mais il est heureusement possible de profiter de l’île avec un budget bien plus raisonnable.

A cultural guide to Jersey

Jetez un coup d’œil à quelques galeries locales

Une fois votre soif d’histoire assouvie, vous aurez peut-être envie de découvrir d’excitantes expositions d’art visuel. Les habitants de l’île adorent les pièces modernes et originales de la Victoria Art Gallery, une galerie aussi décontractée que divertissante. À une plus grande échelle, ne ratez pas la Harbour Gallery de St Aubin, qui accueille la plus grande collection d’art local des îles Anglo-Normandes. Vous y trouverez très certainement quelque chose d’intéressant, que ce soit d’astucieux textiles et objets artisanaux, ou les peintures à l’huile d’artistes de renommée internationale.

Des expositions plus abordables sont aussi proposées à la galerie Berni dans le Jersey Art Centre, et les fans de Dalí découvriront le surréalisme des îles Anglo-Normandes au Jersey Museum & Art Gallery que nous avons déjà mentionné.

Entrez dans un paradis gastronomique

Faites-vous plaisir avec la nourriture haut-de-gamme et les produits frais et locaux de l’île. Les fruits de mer sont naturellement très présents dans ce cadre maritime ; la petite île n’a beau faire que 116 kilomètres carrés, elle regorge de restaurants classés 4 étoiles au guide Michelin. Les amateurs de luxe adoreront la vue sur la mer et les délicieuses coquilles Saint Jacques servies par le somptueux restaurant de l’Hôtel Atlantic, mais si vous préférez une atmosphère un peu plus intime, réservez une table au Candlelight, dans le centre de St Hélier.

La culture gastronomique de l’île est en plein essor et ne se limite pas aux restaurants : le Jersey Food Festival, organisé chaque année en mai, est un évènement prisé par tous les gourmands. Le festival célèbre les fameuses exportations de l’île, comme la pomme de terre royale de Jersey, et fait découvrir une nouvelle facette de la campagne aux participants, qui sont invités à déguster un délicieux éventail de produits.

A cultural guide to Jersey  

Ne ratez pas les pièces de théâtre et les concerts live

Vous avez mangé comme des rois, et avez découvert de nouveaux horizons artistiques et historiques. Il ne reste plus qu’à vous préparer pour une excellente soirée de divertissement. Des festivités nocturnes et des concerts live sont organisés tous les week-ends au Watersplash de St Ouen, qui accueille des DJs internationaux et des sessions de scène ouverte. Les amateurs de musique plus douce apprécieront le Roberto’s Jazz Bar au Savoy, qui semble sortir tout droit du tournage des Affranchis avec sa cuisine raffinée et son excellente musique.

Si vous êtes plus monologues que chansons, ne ratez pas la Jersey Opera House, qui reçoit des productions du National Theatre ainsi que des comédies musicales et des groupes hommage. Pour des spectacles plus petits, préférez le Jersey Arts Centre. Réservez à Jersey aujourd’hui. 

 

Guide culturel de Majorque

En tant qu’île des Baléares, Majorque est souvent considérée comme une destination hédoniste pour les fêtards et les fans de plage. Pourtant, loin des stations branchées et des boîtes de nuits, vous trouverez une abondance de joyaux culturels sous-estimés, anciens et modernes. Que ce soit des bâtiments extraordinaires, des musées spectaculaires, d’impressionnantes propriétés privées ou des évènements excitants, Majorque offre de quoi s’occuper tout au long de l’année. Pour profiter du superbe paysage, louez une voiture à Majorque avec easyCar.

Cet article vous donnera un aperçu de l’histoire de l’île et une liste de points forts culturels à ne pas manquer.

L’histoire de Majorque

Tout comme beaucoup d’îles méditerranéennes, Majorque a vécu de nombreux changements religieux et politiques au fil des siècles, qui ont tous contribué à sa culture actuelle. Après une tumultueuse période de piraterie et de commerce primitif, les romains arrivèrent au pouvoir en 123 avant JC, marquant le commencement d’un régime impérial qui durera plusieurs siècles. Des traces de ce régime sont toujours visibles aujourd’hui dans les ruines de la vieille ville de Pollentia et dans le Museum of Municipal History de Palma, qui se trouve sur le site parfaitement conservé du château de Bellver.

La prochaine grande période d’occupation arriva en 902, quand l’annexion mauresque de l’archipel des Baléares fut complétée après 200 ans d’attaques. Une promenade pittoresque jusqu’au château d’Alaro, au cœur des montagnes de Tramuntana, vous donnera un aperçu du mode de vie mauresque et de son influence sur la langue et la mythologie de la région. La vue sur la luxuriante campagne environnante est à couper le souffle.

majorca1

On considère généralement la conquête catalane du 13ème siècle comme étant le début de l’histoire moderne de Majorque. L’île connut son “Âge d’Or” pendant le règne de Jaume II de 1276 à 1344. Cette période relativement calme et indépendante permit à l’île de développer son économie, sa culture et son agriculture, et mena à la construction de monuments chers à Majorque comme la Cathédrale de La Seu, le château de Bellver et le palace d’Almudaina, des trésors à ne pas manquer pendant votre visite.

Brève mais fructueuse, cette période d’indépendance fut suivie par des siècles de guerre civile, l’occupation napoléonienne et la dictature de Franco jusqu’en 1978, quand la constitution démocratique de l’Espagne donna finalement son indépendance politique à l’île. Cette myriade d’influences historiques crée aujourd’hui un fascinant mélange de monuments anciens et modernes dans un cadre naturel idyllique. Vous trouverez ci-dessous une liste des plus beaux joyaux culturels de l’île.

majorca2

Admirez des galeries et une architecture de classe internationale

En tant que ville principale de l’île, Palma domine tout naturellement la scène artistique avec sa multitude de galeries fascinantes et d’expositions présentées à longueur d’année. Les amateurs d’art moderne apprécieront le célèbre musée d’Es Baulard, qui propose une variété d’exhibitions innovantes allant de la photographie à la peinture, en passant par des installations audio-visuelles. Pour un étonnant mélange d’architecture moderniste et d’art classique, découvrez le CaixaForum Palma, qui expose en permanence une collection de tableaux à l’intérieur d’un ancien grand hôtel. Les férus d’histoire adoreront le Museu de Mallorca, qui examine en détail la passionnante et complexe histoire de l’île. Pendant votre visite à Palma, prenez le temps d’admirer l’emblématique bâtiment de Can Forteza Rey, sur le chemin de l’élégante Placa Major.

Si vous souhaitez vous éloignez un peu de Palma, nous recommandons le Museu Sa Bassa Blanca. Situé juste à côté de la ville historique d’Alcudia, le musée combine tourisme et sculpture dans un spectaculaire décor montagneux avec vue sur la mer. Vous pouvez aussi vous rendre à l’Es Revellar Art Resort de Campos ; son impressionnante collection privée ne manquera pas de piquer votre curiosité.

majorca3

Explorez de superbes propriétés privées

Le superbe paysage naturel de Majorque mérite d’être vu, et regorge de luxueuses propriétés à explorer en chemin. Can Lis, près de Porto Petro, est l’ancienne demeure de Jørn Utzon, l’architecte de l’Opera House de Sydney. Cette villa unique associe des techniques de construction traditionnelles de Majorque à des styles plus modernes pour créer une ravissante structure ouverte, spectaculairement située sur le flanc d’une falaise.

Si vous êtes plus intéressé par le passé, ne ratez pas le domaine de Raixa Estate, juste en dehors de Bunyola ; ce merveilleux exemple d’une villa italienne du 18ème siècle fut la résidence de nombreuses générations de la noblesse de Majorque.

majorca4

Profitez des évènements et de la vie nocturne de l’île

Il n’est pas surprenant que le calendrier d’une île aussi dynamique que Majorque soit riche en évènements. Les carnavals de printemps sont un parfait préambule pour la haute saison, tandis qu’avec ses feux d’artifices et ses célébrations dans les rues de la capitale, la Nit de Foc organisée en juin à Palma illustre à merveille l’esprit hédoniste de l’île. En septembre, le centre historique de Palma se transforme en galerie d’exposition géante pendant la plus modeste Nit d’Art.

Le très réputé Jazz Voyeur Club, situé au cœur de la capitale, propose de la musique live tous les soirs de l’année dans un décor très suave.

Guide To Belfast

Guide culturel de Belfast

L’attrait touristique de Belfast fut autrefois comparé à celui de Bagdad; il y a moins d’une vingtaine d’années c’était une zone de guerre, une ville sous pression. Mais la capitale de l’Irlande du Nord s’est rapidement débarrassée de sa dangereuse réputation – preuve de sa force et de son ingéniosité.

Louez une voiture à Belfast avec easyCar pour découvrir tout ce que la ville a à offrir.

Le conflit est né de divisions religieuses qui se sont transformées en guerre politique. Les protestants étaient pour la plupart des unionistes, ou des loyalistes pour les plus extrêmes, qui voulaient que l’Irlande du Nord continue son union avec la Grande-Bretagne. Mais les catholiques étaient plus souvent des nationalistes ou des républicains militants qui voulaient réunir l’Irlande du Nord et l’Irlande du Sud.

2

En 1969, ces divisions devinrent violentes, et les “Troubles” commencèrent. L’armée britannique fut déployée, soi-disant pour calmer la situation, mais certains considérèrent sa présence comme une “occupation”.

Belfast fut tout particulièrement touchée par la violence du pays, et fut le théâtre de bombardements, d’assassinats et d’affrontements incessants entre des groupes paramilitaires rivaux. La journée de “Bloody Friday” fut marquée par la détonation de 22 bombes dans le centre-ville, qui tuèrent 11 personnes. Entre 1969 et 2001, 1600 personnes ont perdu la vie à Belfast.

Mais l’Irlande du Nord a réussi à transformer sa triste histoire en attraction touristique, et les visiteurs ne peuvent qu’être fascinés par ces turbulences si récentes.

Les “Troubles” ont eu un impact considérable sur la scène artistique de Belfast ; la violence et la mort sont aujourd’hui encore des thèmes centraux dans la majorité de l’art et la photographie du pays. Alors que le pays et ses artistes s’efforcent à accepter leur histoire récente, de nombreuses expositions sont axées sur les cicatrices émotionnelles laissées par les conflits.

L’Ulster Museum propose des expositions d’art sur les Troubles, et possède son propre département d’histoire humaine dédié au passé social et politique de l’Irlande du Nord. Jusqu’au mois d’avril, le musée exposera “Silent Testimony”, une collection de portraits de victimes des Troubles réalisés par Colin Davidson.

Location de voitures à Belfast

Belfast Exposed est la plus célèbre galerie de photographie contemporaine à tendance politique de la ville, et la Golden Thread Gallery est une autre organisation d’art visuel qui propose des expositions et des conférences axées sur l’histoire récente du pays.

L’art de rue de Belfast est tout aussi politique. Les peintures politiques qui ornent les murs de la ville font partie des plus célèbres d’Europe, et reflètent principalement les communautés locales. Celles des communautés républicaines représentent de sinistres images de la grève de la faim ou de la censure britannique. L’une des peintures murales républicaines les plus marquantes représente un homme peint aux couleurs du drapeau irlandais et bâillonné avec l’Union Jack, le drapeau du Royaume-Uni. Les communautés unionistes utilisent les peintures murales pour promouvoir des groupes paramilitaires loyalistes irlandais et pour commémorer leurs martyrs.

Une fois que vous aurez absorbé toutes ces informations sur l’histoire politique de la ville, vous pourrez explorer le reste de la culture de Belfast. Oh Yeah, le centre de musique de Belfast, organise des excursions en bus pour découvrir l’histoire musicale de la ville. Remontez dans le temps, au commencement de la carrière de Van Morrison et à ses débuts à l’hôtel Maritime en 1964. Le compositeur de la bande originale du film Ocean Eleven, David Holmes, a également vécu à Belfast, tandis que le quartier ouest de la ville fut la demeure de la famille McPeake, une dynastie de musiciens folk, ainsi que du flûtiste James Galway.

Après l’excursion, vous aurez l’opportunité d’explorer l’immeuble à trois étages d’Oh Yeah, y compris la salle de spectacle, la salle de composition, le salon d’exposition et le café.

Location de voitures à Belfast

La scène musicale de Belfast est excellente, et vous entendrez de la musique irlandaise traditionnelle partout où vous irez. Le Madden’s Bar sur Berry Street est le lieu préféré des musiciens traditionnels et des spectateurs. Le Sunflower Public House, également très animé, est réputé pour son jazz manouche.

La musique traditionnelle s’est récemment insinuée dans le quartier de la cathédrale, qui est maintenant largement considéré comme le centre créatif de la ville. Dans le bar de John Hewitt sur Donegall Street, les jeunes artistes branchés se mêlent aux syndicalistes et aux gauchistes grisonnants. Pas très loin, le bar du Duke of York sur Commercial Court est célèbre pour ses sessions organisées le jeudi soir par le violoniste Donal O’Conor, qui attirent des musiciens venus de toute l’Irlande.

Les irlandais sont aussi fiers de leurs écrivains qu’ils le sont de leurs musiciens. Belfast est la ville natale de C.S Lewis, auteur de la célèbre série de romans pour enfants “Les Chroniques de Narnia”. Le poète Seamus Heaney fut autrefois membre du “Belfast Group”, une coopérative très active à Belfast dans les années 60. Le grand nombre de conférences, de séances de lecture et de festivals de littérature témoigne du riche patrimoine littéraire de la ville. Les visiteurs peuvent aussi participer à la promenade littéraire dans Belfast organisée par Visit Belfast.

Il y a également une multitude de théâtres à Belfast, du Grand Opera House, qui attire à la fois des réalisateurs locaux et des compagnies internationales, au Mac, qui propose des pièces traditionnelles ainsi que des œuvres plus expérimentales. Envie de quelque chose d’un peu différent? Ne ratez pas la Aisling Ghear Theatre Company, la seule troupe de théâtre d’Irlande du Nord à utiliser uniquement la langue irlandaise.

Guide culturel de Minorque

Les îles Baléares espagnoles sont souvent associées aux hordes de touristes qui se prélassent sur la plage, recouverts de coups de soleil. Mais au-delà des stéréotypes, Minorque est aussi un foyer de culture.

L’île est célèbre pour sa grande collection de monuments en pierre mégalithe datant du début de l’époque préhistorique. Il y a les navetas – des chambres funéraires mégalithes en forme de bateaux renversés ; les mystérieuses taulas – personne ne sait exactement quel était leur but, mais le fait qu’elles fassent toutes face au sud laisse deviner un lien astronomique ; et les talayots, un autre mystère irrésolu. Il y en a 247 répartis sur Minorque et Majorque. Louez une voiture à Minorque pour en voir le plus possible : easyCar offre des prix très compétitifs.

menorca1

Le territoire de Minorque a toujours été très convoité par les envahisseurs à travers l’histoire. Après les guerres puniques, une série de guerres entre Rome et Carthage (dans le nord de l’Afrique), Minorque fut submergée de pirates qui se servaient des îles des Baléares comme base pour piller le commerce romain. Les romains envahirent l’île en représailles, et en 121 avant JC, Minorque tomba sous le contrôle de Rome.

Minorque fut détenue par les Vandales au Moyen Âge, avant que l’empire byzantin ne prenne le contrôle. Minorque fit ensuite partie du califat de Cordoue ; de nombreux maures musulmans émigrèrent sur l’île, amenant avec eux la magnifique architecture mauresque.

Plus tard, Minorque se retrouva au cœur d’une lutte européenne pour le pouvoir, et fut envahie par les britanniques. Déterminés à garder le pouvoir sur l’île, qu’ils utilisaient comme base navale, ils la reprirent des mains d’envahisseurs français, puis espagnols. Ce ne fut qu’après le Traité d’Amiens en 1802 que l’île tomba sous la compétence de l’Espagne.

menorca2

L’empire britannique laissa derrière lui une série de monuments, dont les noms semblent complètement déplacés au milieu du paysage espagnol. Il y a le château de St Philip‘s Castle et le Fort Marlborough, une spectaculaire forteresse creusée dans la roche. Du haut de la forteresse, on peut admirer une vue imprenable sur le port Mahon.

Visitez Ciutadella de Menorca, la ville à l’extrémité ouest de l’île, qui fut sous le règne des Maures pendant plusieurs siècles. Bien qu’elle ne soit plus la capitale, Ciutadella de Menorca reste tout de même le centre religieux de l’île, après que l’évêque ait refusé de partir. Ne ratez pas la cathédrale, construite sur le site d’une ancienne mosquée après l’invasion du roi Alphonse III d’Aragon. Le luxueux intérieur de la cathédrale est recouvert de marbre.

menorca3

Contrairement aux autres îles des Baléares, Minorque resta fidèle au gouvernement républicain espagnol pendant la guerre civile d’Espagne. Une fois au pouvoir, le dictateur conservateur Franco punit l’île pour sa loyauté. Il autorisa le tourisme de masse à se développer sur l’île voisine de Majorque, mais pas sur Minorque. Cette décision est toujours visible sur l’île, qui n’est pas entravée pas la croissance du tourisme.

Cela signifie que les touristes peuvent facilement accéder à la culture locale sans tomber dans un piège touristique comme sur les autres îles espagnoles. Les fiestas animent l’île tout au long de l’été. Tous les ans, chaque ville organise sa propre fête, avec de la musique et des parades de chevaux noirs. Les chevaux jouent un rôle central dans les fiestas de l’île, que ce soit dans des courses ou dans des tournois de joutes.

menorca4

La plus célèbre fiesta de Majorque est celle de Ciutadella: trois jours de célébration en l’honneur de Saint Joan les 23 et 24 juin. Les fêtes continuent pendant tout l’été, jusqu’au 8 septembre.

La musique a un rôle important sur l’île. Le très célèbre festival de jazz international de Minorque, qui a lieu au printemps, propose de la musique en intérieur et dans la rue. La semaine de l’opéra est organisée deux fois par an dans le théâtre principal de Mahon.

Les musées populaires de l’île incluent le Musée Militaire et le Musée de Ciutadella des Bastio de sa Font, qui est rempli d’objets archéologiques. Vous y découvrirez l’histoire de Ciutadella au travers de son architecture, de ses influences modernes à l’époque préhistorique, en passant par la période islamique.

Le Museu de Menorca est un ancien monastère franciscain du 15ème siècle où vous pourrez en apprendre plus sur les débuts de l’histoire de l’île, y compris les périodes romaine, byzantine et musulmanes. Le musée expose également des tableaux plus contemporains.

Et si vos exigences en matière d’art ne sont pas comblées, l’île est aussi pleine de galeries. Admirez le travail d’artistes majoritairement locaux au Centre Scientifique, Artistique et Littéraire de Mahon, qui est ouvert depuis 1905. À Cuitadella, la galerie Art I Joca expose les œuvres d’autres artistes de Minorque et d’Espagne ; si votre style est plus contemporain, ne ratez pas la galerie d’art Arantza y Cia à Alaior.

Cultural Guide To Glasgow

Guide culturel de Glasgow

Glasgow a une réputation de ville “crado-chic” : elle n’est pas cossue, mais elle a du style. L’art coule dans les veines de la ville; il est partout, dans les innombrables musées gratuits et sur les rues de la ville. Pour ne rien rater, nous recommandons de louer une voiture à Glasgow avec easyCar.

La plus grande ville d’Écosse accueille désormais la plus grande scène d’art contemporain du Royaume-Uni en dehors de Londres, avec en son cœur la Glasgow School of Art. Le bâtiment de cette école d’art est le chef d’œuvre de Charles Rennie Mackintosh, le célèbre architecte de Glasgow.

En plus de produire des tas d’étudiants impeccablement habillés, l’école a aussi généré une quantité remarquable d’artistes lauréats du Turner Prize, y compris Richard Wright, Simon Starling et Douglas Gordon. D’autres anciens élèves célèbres incluent Jenny Saville et David Shrigley.

Les loyers sont si abordables que de nombreux artistes restent à Glasgow après leurs études, cimentant ainsi l’atmosphère créative de la ville et formant une scène artistique qui s’étend au-delà de la communauté étudiante.

Cultural Guide To Glasgow

Vous pourrez en apprendre plus sur la scène artistique non-reportée d’Écosse dans les nombreuses galeries de la ville. Admirez la collection internationale et variée de la Kelvingrove Art Gallery, explorez la GoMa, la galerie d’art contemporain la plus visitée d’Écosse, et n’oubliez pas le People’s Palace situé dans le pittoresque parc de Glasgow Green près de la grandiose fontaine de Royal Doulton.

Glasgow n’a pas toujours été un précurseur en termes de créativité. Après le déclin de sa construction navale, la ville devint grise et déprimante. Les immeubles des quartiers pauvres furent remplacés par de grandes tours HLM qui changèrent l’horizon de la ville et brisèrent des communautés établies. L’aménagement urbain médiocre et le manque d’entretien engendrèrent une augmentation du crime et de la précarité.

Mais les années 80 et 90 furent un tournant décisif pour Glasgow. La ville était déterminée à changer et à ne pas se résigner à son insignifiance. Le développement d’un quartier financier redynamisa l’économie locale et l’architecture devint un nouveau point de mire pour la ville – des monuments en verre et en acier commencèrent à se mêler aux bâtiments en grès. Le paysage urbain de Glasgow est désormais un mélange de bâtiments modernes, d’immeubles victoriens, de constructions de style art nouveau et de façades de palais d’inspiration italienne.

Glasgow fut nommé Ville Européenne de la Culture en 1990, la première ville du Royaume-Uni à devenir capitale culturelle, confirmant sa réputation de centre artistique. Il s’en suivit une avalanche de récompenses pour Glasgow, qui fut nommée Ville de l’Architecture et du Design en 1999, et Capitale Européenne du Sport en 2003. La ville a également accueilli les Jeux du Commonwealth en 2014.

Cultural Guide To Glasgow

Glasgow a contre toute attente une histoire religieuse riche et variée, de la réformation écossaise à la venue des immigrants catholiques irlandais aux 19ème et 20ème siècles, en passant par l’arrivée plus récente d’une minorité musulmane, et les tensions entre les catholiques et les protestants qui se cristallisent dans les clubs de foot et les écoles séparées. Visitez le St Mungo Museum of Religious Life and Art, situé dans l’enceinte de la cathédrale à l’est de la ville, pour découvrir de magnifiques artéfacts et des objets d’art religieux.

Bien qu’elle ait traversé des périodes sombres, Glasgow a toujours été une ville accueillante remplie de musique. Dans les années 20, il y avait plus de salles de bal et de danse à Glasgow que nulle part ailleurs au Royaume-Uni. Les habitants de Glasgow sont très résilients : des milliers d’entre eux continuèrent à danser pendant les bombardements allemands dans les années 40.

Les amateurs de musique n’auront que l’embarras du choix à Glasgow. Le SWG3, un repère bohème situé dans une arcade près d’une autoroute, accueille des studios d’artistes et une galerie d’art ainsi que des salles de concert et des boîtes de nuit. Pour une soirée plus intimiste, préférez le Poetry Club, un bar de style clandestin qui reçoit des poètes et organise des petites fêtes. Le Classic Grand ou le Nice n Sleazy vous feront retomber dans la période punk.

Cultural Guide To Glasgow

Si vous préférez être assis pour écouter de la musique, allez au Glasgow Royal Concert Hall, qui héberge le Royal Scottish National Orchestra, ou au Royal Conservatoire of Scotland, une école qui organise également des représentations publiques. Le Glasgow International Jazz Festival envahit les rues de la ville tous les ans au mois de juin, et la musique folk traditionnellement écossaise n’est jamais loin.

Le Celtic Connections, un autre festival de musique typiquement écossais, propose plus de 300 évènements de musique celtique tous les ans en janvier.

Les fans de culture ne manqueront pas de choses à faire durant leur visite à Glasgow. Louez une voiture à Glasgow avec easyCar pour en voir le plus possible.

Guide culturel d’Édimbourg

“Bienvenue à Édimbourg”. Les mots retentissent sur les bâtiments en grès de la ville, imprimés sur des pancartes violettes qui rappellent le chardon écossais. Les Écossais sont fiers de leur identité nationale, et la capitale du pays symbolise parfaitement ce caractère écossais.

Bien que l’Écosse fasse géographiquement partie du Royaume-Uni, la vision culturelle et politique du pays est complètement différente de celle de l’Angleterre et du Pays de Galles. Cette singularité fait du pays une destination de vacances unique et très appréciée des touristes. En 2011, Édimbourg fut la deuxième ville la plus visitée du Royaume-Uni, après Londres. Louez une voiture à Édimbourg avec easyCar pour découvrir le pays par vous-même.

L’histoire d’Édimbourg témoigne de la relation tumultueuse entre l’Écosse et l’Angleterre, qui existe toujours aujourd’hui – le pays ressent encore les retombées du référendum de l’an passé, et de la forte ascension du Parti National Écossais durant les élections du mois de mai. En 1707, le célèbre poète écossais Robert Burns a écrit : « C’est avec l’or des Anglais que nous fûmes achetés. La nation est entre des mains immondes! »

L’Écosse et l’Angleterre étaient constamment en guerre, avant et après la création de l’union, mais l’histoire de l’Écosse va bien plus loin que ces conflits sanglants. D’autres importants moments historiques incluent l’établissement du protestantisme pendant la Réforme écossaise, l’Union des Couronnes qui fusionna les monarchies anglaises et écossaises, les Lumières écossaises et le rétablissement d’Édimbourg après la Première Guerre Mondiale.

Cultural Guide To Edinburgh 2

Chaque année au mois d’août, la ville accueille une foule de visiteurs venus du monde entier pour célébrer le Festival International d’Édimbourg. Mais la scène culturelle de la ville ne disparaît pas à la fin du mois d’août – elle continue à imposer son énergie à l’échelle internationale.

Édimbourg regorge de musées – Le Museum on the Mound se situe dans les entrailles du siège écossais de la Lloyds Bank, et est excellent si vous êtes intéressé par l’évolution de la monnaie au cours de quatre millénaires. Si vous n’avez jamais vu 1 million de livres de vos propres yeux, ne ratez pas votre chance!

Vous souvenez-vous de Dolly la brebis? Elle fut le premier animal cloné, en 1996. Elle est morte en 2003, mais son corps empaillé est exposé au National Museum of Scotland à Édimbourg, aux côtés de squelettes de tyrannosaures et d’une mâchoire de cachalot.

La Scottish National Gallery et la Royal Scottish Academy proposent toutes deux d’impressionnantes collections internationales, avec une attention toute particulière portée aux artistes écossais. Admirez les portraits d’écossais célèbres, de Sean Connery (James Bond!) à Marie Reine d’Écosse, à la Scottish National Portrait Gallery.

L’art contemporain a également une forte présence dans la ville. Collective est une organisation progressive, fondée dans les années 80, qui se focalise sur la collaboration et l’expérimentation. L’organisation attire de talentueux nouveaux artistes – à ne pas rater si vous voulez découvrir le futur de l’art écossais. Ingleby est une autre galerie d’avant-garde qui mérite d’être visitée – vous y découvrirez le travail audacieusement conceptuel d’artistes novateurs.

Cultural Guide To Edinburgh

Si vous recherchez quelque chose de plus adapté aux enfants, visitez Camera Obscura – une galerie innovante remplie d’illusions d’optique. C’est l’équivalent d’Alice au Pays des Merveilles de l’univers artistique : les expositions interactives vous permettent de prendre des passants dans vos mains, de descendre dans des terriers psychédéliques et de vous transformer en géant. Si vous avez besoin de faire une pause après toutes ces stimulations visuelles, vous pourrez revenir plus tard – les tickets sont valables toute la journée.

Édimbourg est plus qu’une ville d’art, c’est aussi une ville de littérature. En 2004, la capitale a consolidé sa réputation en devenant la première Ville Littéraire de l’UNESCO. De nombreux écrivains célèbres ont vécu à Édimbourg, y compris Robert Louis Stevenson, Sir Walter Scott et Muriel Spark.

Sir Walter Scott occupe une place d’honneur dans la ville – le Scott Monument est le plus grand monument consacré à un écrivain dans le monde entier. Grimpez ses étroits escaliers en colimaçon pour admirer une vue panoramique sur la ville, et ne ratez pas les 64 personnages de ses romans qui sont gravés dans la pierre.

Édimbourg ne se repose pas sur ses lauriers, et poursuit la construction de son patrimoine littéraire. C’est dans les cafés de la ville que JK Rowling a écrit Harry Potter, et Ian Rankin, l’auteur de romans noirs écossais et créateur de l’Inspecteur Rebus, a également vécu dans la capitale.

Cultural Guide To Edinburgh

Passez en voiture sur l’emblématique Pont de Forth, à la périphérie d’Édimbourg, pour admirer ce qui était considéré comme un chef d’œuvre d’ingénierie après sa construction dans les années 60. En 2016, le pont de Forth sera réservé aux cyclistes et aux piétons après l’ouverture du Queensferry Crossing. Avec ses 2.7km, ce nouveau pont sera le plus long de son genre au monde, preuve qu’Édimbourg désire vraiment continuer à imposer sa présence sur la scène internationale. Il ne vous reste plus qu’à louer une voiture à Édimbourg pour profiter au maximum de la ville.