Guide culturel de Rome

C’est le film de Federico Fellini, “La Dolce Vita”, qui a confirmé ce que nous savions déjà : Rome est une icône culturelle ; la ville en elle-même est une œuvre d’art. Le moment où l’actrice Anita Ekberg traverse la fontaine de Trevi dans sa fameuse robe noire fut une apogée cinématographique rare : le décor était aussi magnifique que l’histoire. Rome était aussi belle que l’éblouissante Ekberg.

Rome n’était pas que le cadre de “La Dolce Vita”, la ville était également la demeure de Fellini. Quelqu’un a un jour demandé au réalisateur si la culture de Rome était morte. Sa réponse ? « Rome n’a pas besoin de créer de la culture. Rome EST la culture. Préhistorique, classique, étrusque, renaissance, baroque, moderne. Chaque recoin de la ville est un chapitre de l’histoire universelle imaginaire de la culture. »

rome1

Rome a toujours été une ville cinématographique. Ses rues ont été à l’arrière-plan d’un nombre incalculable de films cultes, y compris “Vacances Romaines” de William Wyler en 1953, “L’Éclipse” de Michelangelo Antonioni en 1962, “Le Talentueux Mr Ripley” d’Anthony Minghella en 1999, et “La Grande Bellezza” de Paolo Sorrentino en 2013.

Les films ne sont pas les seules œuvres d’art à venir de Rome. Comme l’a dit Fellini, Rome EST la culture. L’art se répand dans d’innombrables galeries, les rues pavées sont bordées d’architecture à couper le souffle, et les vestiges de la Rome antique recouvrent la ville. On dit que le meilleur musée de Rome est la ville elle-même. Explorez la fantastique culture de Rome en louant une voiture avec easyCar.

La peinture et la sculpture prennent le devant de la scène à Rome. Chaque recoin de la ville déborde d’art, du plafond de la chapelle Sixtine, peint par Michel-Ange, à la sculpture étrusque de Remus et Romulus exposée dans les musées de Capitole.

rome2

Tout comme Michel-Ange, Bernini, l’un des plus grands sculpteurs de l’histoire, a également laissé sa marque sur Rome. Ses sculptures sont partout : sur la Piazza Navona, dans la basilique Saint-Pierre et sur la Piazza di Spagna. Les chefs-d’œuvre de Caravaggio sont aussi disséminés dans la ville – trouvez-les dans les églises comme San Luigi dei Francesi, Santa Maria del Popolo et Sant’Agostino. Ils sont également dans des galeries, comme la Galleria Nazionale d’Art Antica, et l’incroyable Galleria Borghese.

Bien que la Galleria Borghese possède l’une des plus grandes collections d’art du monde, y compris les œuvres de Caravaggio et de Bernini, ce n’est pas la seule galerie de première classe de Rome : les musées du Capitole sont les plus anciens musées publics du monde, et exposent le travail de Rubens, Titian, et encore une fois Bernini. Au-delà des musées, les amateurs d’art pourront découvrir des sculptures classiques dans le Palazzo Altemps, ou s’émerveiller devant les plafonds dorés de la basilique de Santa Maria in Trastevere.

rome3

Mais comme tous les grands artistes, Rome a dû s’adapter aux temps modernes. Malgré son excellent patrimoine artistique, la ville est en constante évolution. De plus en plus d’art contemporain apparaît dans la ville. MACRO est une galerie d’art contemporain répartie sur deux sites : une vieille usine de bière Peroni et un ancien abattoir. MAXXI est un autre musée national établi pour promouvoir la créativité contemporaine italienne dans les milieux de l’art et de l’architecture. Le quartier branché de Monti accueille des galeries d’avant-garde plus petites.

La Galleria Lorcan O’Neill Roma est l’une des meilleures galeries privées de Rome ; vous y trouverez le travail d’artistes de renommée mondiale comme Tracey Emin ou Martin Creed, ainsi que de nouveaux venus londoniens comme Eddie Peake. Cette galerie fondée par un marchand d’art londonien préfère les pièces internationales aux œuvres romaines. Les galeries Monitor, Furini et Frutta ont toutes pour but de mieux faire connaître une nouvelle génération d’artistes italiens. La galerie Ermanno Tedeschi sort quant à elle de l’ordinaire: elle vise à créer un pont entre les scènes artistiques italienne et israélienne.

rome4

L’amour de l’art se transmet de génération en génération à Rome, tout en continuant à évoluer. L’art de rue est aujourd’hui en plein essor dans la ville ; des peintures d’artistes italiens et internationaux sont apparues sur les murs de toute la ville. Cette forme d’art a été utilisée pour transformer les stations de métro de Rome ; l’Urban Breath Project a affecté cinq artistes de rue à une station de métro chacun, dans le but d’injecter un peu de créativité dans la ville. Le samedi, visitez le MAAM, une vieille usine de charcuterie, pour voir comment cet ancien site industriel a été transformé en galerie d’art urbain.

Vous trouverez le travail d’excellents artistes de rue dans le quartier de San Lorenzo, comme par exemple Alice Pasquini, C125 et Borondo. Continuez à explorer cet art de rue à Ostiense, un quartier du sud de Rome de plus en plus branché, dont les murs ont été peints par ROA, Sten&Lex and Lucamaleonte.

Share:

Laisser un commentaire