Guide culturel de Belfast

L’attrait touristique de Belfast fut autrefois comparé à celui de Bagdad; il y a moins d’une vingtaine d’années c’était une zone de guerre, une ville sous pression. Mais la capitale de l’Irlande du Nord s’est rapidement débarrassée de sa dangereuse réputation – preuve de sa force et de son ingéniosité.

Louez une voiture à Belfast avec easyCar pour découvrir tout ce que la ville a à offrir.

Le conflit est né de divisions religieuses qui se sont transformées en guerre politique. Les protestants étaient pour la plupart des unionistes, ou des loyalistes pour les plus extrêmes, qui voulaient que l’Irlande du Nord continue son union avec la Grande-Bretagne. Mais les catholiques étaient plus souvent des nationalistes ou des républicains militants qui voulaient réunir l’Irlande du Nord et l’Irlande du Sud.

2

En 1969, ces divisions devinrent violentes, et les “Troubles” commencèrent. L’armée britannique fut déployée, soi-disant pour calmer la situation, mais certains considérèrent sa présence comme une “occupation”.

Belfast fut tout particulièrement touchée par la violence du pays, et fut le théâtre de bombardements, d’assassinats et d’affrontements incessants entre des groupes paramilitaires rivaux. La journée de “Bloody Friday” fut marquée par la détonation de 22 bombes dans le centre-ville, qui tuèrent 11 personnes. Entre 1969 et 2001, 1600 personnes ont perdu la vie à Belfast.

Mais l’Irlande du Nord a réussi à transformer sa triste histoire en attraction touristique, et les visiteurs ne peuvent qu’être fascinés par ces turbulences si récentes.

Les “Troubles” ont eu un impact considérable sur la scène artistique de Belfast ; la violence et la mort sont aujourd’hui encore des thèmes centraux dans la majorité de l’art et la photographie du pays. Alors que le pays et ses artistes s’efforcent à accepter leur histoire récente, de nombreuses expositions sont axées sur les cicatrices émotionnelles laissées par les conflits.

L’Ulster Museum propose des expositions d’art sur les Troubles, et possède son propre département d’histoire humaine dédié au passé social et politique de l’Irlande du Nord. Jusqu’au mois d’avril, le musée exposera “Silent Testimony”, une collection de portraits de victimes des Troubles réalisés par Colin Davidson.

Location de voitures à Belfast

Belfast Exposed est la plus célèbre galerie de photographie contemporaine à tendance politique de la ville, et la Golden Thread Gallery est une autre organisation d’art visuel qui propose des expositions et des conférences axées sur l’histoire récente du pays.

L’art de rue de Belfast est tout aussi politique. Les peintures politiques qui ornent les murs de la ville font partie des plus célèbres d’Europe, et reflètent principalement les communautés locales. Celles des communautés républicaines représentent de sinistres images de la grève de la faim ou de la censure britannique. L’une des peintures murales républicaines les plus marquantes représente un homme peint aux couleurs du drapeau irlandais et bâillonné avec l’Union Jack, le drapeau du Royaume-Uni. Les communautés unionistes utilisent les peintures murales pour promouvoir des groupes paramilitaires loyalistes irlandais et pour commémorer leurs martyrs.

Une fois que vous aurez absorbé toutes ces informations sur l’histoire politique de la ville, vous pourrez explorer le reste de la culture de Belfast. Oh Yeah, le centre de musique de Belfast, organise des excursions en bus pour découvrir l’histoire musicale de la ville. Remontez dans le temps, au commencement de la carrière de Van Morrison et à ses débuts à l’hôtel Maritime en 1964. Le compositeur de la bande originale du film Ocean Eleven, David Holmes, a également vécu à Belfast, tandis que le quartier ouest de la ville fut la demeure de la famille McPeake, une dynastie de musiciens folk, ainsi que du flûtiste James Galway.

Après l’excursion, vous aurez l’opportunité d’explorer l’immeuble à trois étages d’Oh Yeah, y compris la salle de spectacle, la salle de composition, le salon d’exposition et le café.

Location de voitures à Belfast

La scène musicale de Belfast est excellente, et vous entendrez de la musique irlandaise traditionnelle partout où vous irez. Le Madden’s Bar sur Berry Street est le lieu préféré des musiciens traditionnels et des spectateurs. Le Sunflower Public House, également très animé, est réputé pour son jazz manouche.

La musique traditionnelle s’est récemment insinuée dans le quartier de la cathédrale, qui est maintenant largement considéré comme le centre créatif de la ville. Dans le bar de John Hewitt sur Donegall Street, les jeunes artistes branchés se mêlent aux syndicalistes et aux gauchistes grisonnants. Pas très loin, le bar du Duke of York sur Commercial Court est célèbre pour ses sessions organisées le jeudi soir par le violoniste Donal O’Conor, qui attirent des musiciens venus de toute l’Irlande.

Les irlandais sont aussi fiers de leurs écrivains qu’ils le sont de leurs musiciens. Belfast est la ville natale de C.S Lewis, auteur de la célèbre série de romans pour enfants “Les Chroniques de Narnia”. Le poète Seamus Heaney fut autrefois membre du “Belfast Group”, une coopérative très active à Belfast dans les années 60. Le grand nombre de conférences, de séances de lecture et de festivals de littérature témoigne du riche patrimoine littéraire de la ville. Les visiteurs peuvent aussi participer à la promenade littéraire dans Belfast organisée par Visit Belfast.

Il y a également une multitude de théâtres à Belfast, du Grand Opera House, qui attire à la fois des réalisateurs locaux et des compagnies internationales, au Mac, qui propose des pièces traditionnelles ainsi que des œuvres plus expérimentales. Envie de quelque chose d’un peu différent? Ne ratez pas la Aisling Ghear Theatre Company, la seule troupe de théâtre d’Irlande du Nord à utiliser uniquement la langue irlandaise.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *